Alliance thérapeutique

Psychanalyse avec les enfants

et

Alliance thérapeutique

Loadimg php

 

Dans le cadre d’un suivi individuel avec un enfant, la relation de confiance concerne tout aussi bien le thérapeute, l’enfant que ses parents.

Il s’agit d’un « contrat » où les parents ne sont pas absolument pas « mis de côté », mais respectés et écoutés sans qu’aucun jugement de valeur ne soit porté.

Une thérapie qui avance est une thérapie vivante, qui parle, qui bouge et cela va bien au delà du cabinet du psychanalyste.

Ce qui se joue lors d’une séance, se poursuit à l’extérieur, à l’école, à la maison, dans la famille …

Il est important, que les parents (tout comme l'enfant et le thérapeute) puissent être informés des progrès ou de certaines informations nouvelles, la contribution parentale est toujours d’importance.

La relation de confiance commune aide l’enfant dans sa thérapie, mais apporte une soutenance aux parents dans leurs rôles et leurs fonctions.

La proposition thérapeutique peut se résumer ainsi : « nous allons faire tout ce qu’il est possible de faire, et cela nous le ferons ensemble, chacun de notre place ».

 

Cela est d’autant plus vrai, avec les très jeunes enfants où la maman n’est jamais séparée de son nourrisson et le papa est au plus possible présent.

 

Avec les enfants plus grands, les séances sont  individuelles et adaptées (les parents ne sont pas en séance), un temps de parole est en général réservé aux parents accompagnants, toujours en présence de l’enfant (après ou avant la séance).

Ce temps permet de mieux évaluer les progrès, les changements, les conflits et surtout de mieux « conférer » la place de chacun.

 

Pour le psychanalyste l’alliance thérapeutique est un élément constitutif d’un socle de confiance mutuelle, qu’il ne peut conserver comme définitivement acquis sans avoir à en observer le contenu dans la relation transférentielle et contre-transférentielle (+ et -).

 

DR